Créations Geneviève PolyArt

Créations Geneviève PolyArt

ARTICLE 4 - Table en fausse céramique

TABLE EN FAUSSE CÉRAMIQUE 
 

Matériel nécessaire

 

Papier sablé

Produit qui se nomme « fini » pour réaliser de fin faux-fini (vendu dans les magasins d'artisanat) si désiré.

Peinture décorative de Delta Ceramcoat des couleurs désirées.

Tape de 1 pouce et du 6mm vert

Une table (ex. : Canadian tire) ou autres surfaces désirées

Vernis pour protéger notre œuvre

Papier essuie-tout bleu (vendu dans la section automobile chez Canadien Tire)

Frescolina (pâte à texturer, vendu dans les boutiques d'artisanats ou de peinture décorative)

Clear glazing médium (facultatif)

 

Étape 1 :

Tout d'abord, il faut bien sabler la table car il reste toujours du vernis. Il faut vraiment porter une attention particulière au sablage. Après, mettre 2 couches de peinture au choix pour le fond. Ensuite, vous pouvez mettre 1 ou 2 couches de Clear Glazing Médium sur la surface afin de créer une barrière et protéger la couche de fond. Il faut bien laisser sécher.

 

Étape 2 :

Après, mettre un tape de 1 pouce (ou moins si désiré) sur les deux longueurs et aussi sur les 2 largeurs pour cacher l'arrondi de la table. Après, diviser en trois dans un sens et en 4 dans l'autre. Tant que je n'ai pas été certaine de mes grandeurs,  je prenais le crayon graphite car le plomb, c'est beaucoup plus difficile à enlever. Si on fait par exemple un cabaret, il faut mettre du tape 6mm sur le contour aussi et du tape de 1 pouce sur le côté du cabaret pour le protéger. Par la suite, sur la moitié des lignes tracées, à cheval sur la ligne autrement dit,  j'ai mis des tapes de 6mm vert et j'ai laissé dépasser de chaque coté de la table afin de bien se rappeler par ou on a commencé.

 

Étape 3 :

Après, j'ai mis 3 bonnes grosses cuillères à table de Frescolina dans un plat avec 6 bonnes gouttes de blanc. J'ai brassé et étendu sur ma table partout une couche très mince sans trop laisser de marque avec la spatule. En mettre quand même assez surtout ou les tapes se croise. S'il y a trop de marque, on peut sabler lorsque c'est sèche. Par la suite, pour faire la craquelure, il faut sécher le Frescolina avec l'air chaud du séchoir jusqu'à ce que ça craque. Quand il y en a assez à notre goût, on arrête.


Étape 4 :

Enlever délicatement les tapes. Il ne faut pas avoir trop épais de Frescolina. On doit voir après que cela soit sèche tous nos tapes.

 

Étape 5 :

Après, on prend  le produit qui se nomme " fini" et on en met dans un bol, on y trempe (bien imbibé) une feuille de papier bleu (ou linge à peinture) et là vous mettez vos couleurs sur une palette ou du papier palette et vous frottez chaque tuile avec des couleurs, du pâle au foncé, plus on frotte plus on voit notre tuile se dessiner, laissez sécher entre chaque couleur.  Ça prend beaucoup de produit "fini"  et si vous dépassez vos carrés, vous n'avez qu'à essuyer avec ta guenille avec le produit « fini », moi je ne fais pas l'ombrage du foncé au pinceau mais avec mon papier bien imbibé de « fini » car je trouve que l'on peut mieux contrôlé. Faire toutes les tuile avec la première couleur.  L'important c'est que ton papier bleu soit très bien imbibé de « fini ». Après tu le tords comme une débarbouillette mais tu laisses très humide donc pas essorer au complet.

 

Quelques consignes pour travailler avec les couleurs et le produit « fini »:

Vous gardez la majorité de votre papier bleu dans votre main avec un doigt ou deux, vous prenez de la peinture mais pas trop et vous étendez.  Si la couleur ne glisseplus, vous retrempez le bout de papier bleu dans le « fini » et dans la peinture. Vous flattez jusqu'à ce que vous aimez mais dites-vous que c'est après la dernière couleur que ça commence à ressembler à quelque chose et encore plus quand vous aurez fait ton tour.

 

Moi, j'y allais a peu près pareille sur chaque tuile à la fois.  J'aime le centre plus pale donc je frottais en rond  mon centre. J'essayais de garder le même geste avec chaque couleur. Après à la fin, j'ai remis de la couleur un peu de chaque sur mon papier et repasser et tant que ce n'est pas verni c'est pas aussi joli.

 

Même si tout est sec, vous pouvez recommencer  par-dessus avec de la couleur ou peut- être en enlever une, si vous trouvez qu'une est trop voyante. Vous pouvez aussi allez avec un mouvement en rond. Le fini est là pour tenir  ta peinture humide et faire glisser. Donc, si vous avez mis trop foncé, tu reprends un coin de papier propre et juste à repasser avec du « fini » et  tu essuies. Tant que le papier est humide de « fini », on peut changer les choses.

 

Il faut surtout prendre du recul pour regarder la tuile.

 

Attention, on ne met pas de peinture sur le fond ou il n'y a pas de Frescolina (ou on avait mis nos tapes) car cela forme le coulis. Avec un liner, on fait une ligne tout autour de la tuile, en formant  un L à gauche, avec par exemple un dégradé foncé (Burt Umber) et on refait l'autre L en claire (blanc antique avec une goutte de Maple Sugar Tan). 

 

 

Étape 6 :

Laisser sécher le tout complètement. Sur ma petite table et mon plateau, j'ai mis 2 couches de vernis Varathan lustré et voilà le tour est joué. Amusez-vous bien …

 

 

 

Voici un exemple que j'ai réalisé simplement avec un pinceau pochoir et du serviettage sans utilisé le produit fini.



27/01/2006
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres